Pluie d'été

par Nathalie Laprévote

Quand l’odeur de la pluie semble imbiber la terre

Et que le vent se lève soulevant notre ennui

Je hume l’air de l’été rafraichi par le ciel

Et laisse mes rêves lourds s’envoler dans la nuit

La brise chante son cri dans les branches verdies

Loin du fracas du temps comme un hymne à la vie

La ville semble oubliée sous la force des nuages

Envahie de bruits sourds comme un écho sans âge

Je pense à toi si loin partie de cette vie

J’aspire à te rejoindre bien qu’ancrée dans le sol

Je n’attends qu’un signal pour prendre mon envol

Et rouvrir mon cœur quand s’avance la nuit

 

La chaleur fut intense mais la pluie est venue

Salvatrice, bienfaisante, messie d’un peuple élu

Elle ravive les herbes, ruisselle sur les feuillages

Ensorcelle la lumière, apprivoise l’orage

Nathalie Laprévote

14 juillet 2020